Projet en cours

En attendant un article plus complet, voici une photo pour patienter.

Modification étau mortaiseuse à bédane

Sur certaine mortaiseuse à bédane carré, l’étau (la pièce noire sur la photo ci-dessous) peut laisser des traces sur le bois qui est travaillé. La modification qui suit a été faite sur une mortaiseuse Kity MB 16, mais peut s’appliquer sur de nombreux modèles.

Etau d'origine sur la MB16

Etau d’origine sur la MB16

L’étau est donc percé de 4 trous à 3,2mm, ils seront ensuite taraudés pour accueillir des vis à tête fraisée M4. Le taraudage est fait à la perceuse à colonne, j’ai équipé la mienne d’une commande d’inversion de sens de rotation ce qui permet d’extraire le taraud après avoir fraisé le pas de vis. Bien entendu il est possible de le faire à la main avec le porte filière.

Trois tarauds successifs sont passés pour un usinage en douceur, accompagné d’huile de coupe.

Taraudage à la perceuse

Taraudage à la perceuse à colonne

La pièce étant maintenant prête, elle est nettoyé à l’essence C (pour dégraisser les métaux), ce qui n’altère pas la peinture.

Les patins ont été découpés dans du hêtre, mais il est possible d’utiliser une autre essence ou pourquoi pas du polyéthylène récupéré sur une planche à découper.

img_20161113_110755

Les vis sont installée sur l’étau et les patins en hêtre ont été découpés.

Les emplacements des vis sont reportés sur les patins en bois et percés avec un fraisage pour noyer la tête de la vis qui ne doit pas dépasser afin d’éviter de rayer le bois.

img_20161113_111840

Les patins sont installés sur l’étau.

Il n’y a plus qu’à faire un essai : c’est parfait. Cela fait perdre un peu de capacité en hauteur, mais il est aisé de déposer les patins si nécessaire.

img_20161113_111921

Etau modifié

Surfaçage d’un billot

Il m’a été demandé s’il je pouvais rétablir la surface d’un billot. Comme cela sort un peu de l’ordinaire et que c’est une technique que je voulais tester, j’ai accepté.

Le billot a déjà certainement vu un grand nombre de bifteck, la différence entre le point et le plus haut et le plus bas est de près de 3 centimètres.

Surface billot avant usinage

Surface billot avant usinage

La particularité d’un billot est qu’il présente en face de travail le bois de bout. C’est en effet plus résistant et moins désaffûtant pour les couteaux. Cet avantage n’en est plus un pour procéder au rabotage de la surface. La raboteuse, qui devrait être d’une belle dimension pour digérer les 60 cm de large, ne travaillera pas bien ce bois de bout. Il faut donc utiliser une autre solution, et c’est en m’inspirant de la vidéo de Marc Spagnuolo sur le surfaçage d’un établi (en anglais) que j’ai trouvé l’astuce.

Réglage des guides

Réglage des guides

Deux guides sont installés solidement sur les côtés du billot, en profitant des espaces masqués par les plaques en inox pour les visser. Ces guides sont alignés en utilisant deux ficelles qui permettent de vérifier l’alignement des deux supports lorsqu’elles se touchent tout juste. Si elles ne se touchent pas, c’est qu’un côté est plus haut sur un guide que sur l’autre, et si elles se gênent c’est l’inverse. Il suffit d’essayer c’est très précis.

Première passe de l'usinage

Première passe de l’usinage

Les rails alignés, le chariot est installé dessus. Celui-est réalisé avec deux barres espacées juste pour guider une bague de copiage de 40 mm. Il aurait fallu les renforcer un peu car la rigidité était un peu limite. Malgré tout, le contrôle à la règle n’a pas mis en évidence un problème de planéité.

L’usinage a été fait avec une fraise droit de 19 mm, ce qui est un peu juste et demande donc des passes successives de seulement 8 à 9 mm pour un état de surface acceptable. Moyennant trois millimètres de profondeur à chaque passages, il a fallu un grand nombre d’allers et retours.

Détail de l'usinage

Détail de l’usinage

Les premiers résultats sont encourageants bien qu’ils mettent en évidence le travail à faire.

Usinage à moitié fait

Usinage à moitié fait

Les passes restent visibles malgré un usinage très progressif, le bois de bout reste difficile à travailler. Il faudrait faire des passes encore plus fines, mais il a déjà fallu prêt de trois heures de travail.

Surfaçage du billot terminé

Surfaçage du billot terminé

Au final la surface est bien plane, il faut ensuite traiter l’encastrement des platines. Dans un premier temps, j’imagine simplement agrandir l’espace existant.

Surface propre

Surface propre

Un quart de rond est alors usiné tout le tour, mais après réflexion, je ne suis pas convaincu de laisser les platines à fleur de la surface. Leur arrête n’est pas douce et cela va conduire à des blessures.

Le pourtour est donc passé sur la raboteuse pour enlever deux à trois millimètres qui suffiront à faire disparaître les usinages d’origine sans dénaturer le billot ni le fragiliser.

Bords rabotés et quart de rond usiné

Bords rabotés et quart de rond usiné

Un quart de rond est poussé tout le tour pour le rendre agréable au touché et aussi faire disparaître quelques défauts.

Entaille emplacement des ferrures

Entaille emplacement des ferrures

Avec un gabarit réalisé dans du contreplaqué, les emplacements de ferrures sont usinés sur le centre, ce qui paraîtra plus équilibré.

Emplacement usiné

Emplacement usiné

Le résultat est tel qu’attendu, seul l’angle sera cassé à la lime pour que la platine qui a été pliée puisse s’installer sans problème.

img_20161112_112712

Quelques trous d’origine sont présents, le billot restera un peu dans son jus, tout au moins avec une partie de son histoire.

Billot restauré

Billot restauré

Le projet est terminé. La surface a été poncée avec un grain de 80 puis de 120, ce qui sur le bois de bout, laisse une surface très douce.

Il faudra maintenant saturer le bois avec par exemple de l’huile d’olive ou de paraffine.


La bande originale de ce projet :

  • Lou Reed – Lou Reed (1972)
  • King Gizzard and The Lizard Wizard – Nonagon Infinity (2016)
  • Frank Zappa – Zappatite Frank Zappa’s Tastiest Tracks (2016)
  • Okkervil River – Away (2016)

Table de défonceuse – 08 – Caisson d’aspiration

Caisson d’aspiration

Pour assurer une bonne collecte des copeaux, un caisson d’aspiration est installé autour de la défonceuse, dessous la table. Les premiers essais avec la fraise à bouveter ont démontré toute la capacité de l’installation à produire de la poussière. Celle-ci n’est que partiellement aspirée par la collecte sur le guide d’usinage. Le caisson est fait avec les mêmes planches que la table. L’assemblage se fait avec des vis obliques car c’est largement suffisant dans ce cas et l’esthétique est bien adaptée à ce projet.

Boîte en cours d'assemblage

Boîte en cours d’assemblage

On peut voir a l’arrière la bouche d’amenée d’air et à droite celle d’aspiration. Le collecteur d’aspiration au diamètre de 100 mm offre un repiquage en 63 mm pour amener une aspiration sur le guide d’usinage. Cette pièce provient de chez Axminster, sous la référence 502568.

Trou de 100 mm pour la bouche d'aspiration

Trou de 100 mm pour la bouche d’aspiration

Pour permettre un balayage efficace du flux d’air, une entrée d’air est installée à l’opposé du caisson. Il s’agit d’une bouche de récupération d’une installation de VMC.

Bouche d'entrée d'air - vue de l'extérieur

Bouche d’entrée d’air – vue de l’extérieur

Un trou de 73 mm est réalisé, car c’est la cloche la plus proche à ma disposition, bien que la bouche fasse environ 72 mm. Un peu de scotch épais permet de comble le manque et assure une bonne tenue en place. La bouche est réglable en faisant tournée le disque central.

Bouche d'entrée d'air - vue de l'intérieur

Bouche d’entrée d’air – vue de l’intérieur

Une prise électrique est installée à l’intérieur, ce qui facilite le démontage de la défonceuse, si besoin. Pour passer le câble d’alimentation qui ira jusqu’à la commande, un presse étoupe est monté à l’arrière de la prise. Il assure que la poussière ne rentrera pas dans la prise et apporte une bonne tenue du câble.

Vue arrière de l'installation du presse étoupe

Vue arrière de l’installation du presse étoupe

Un évidement à la fraise Forstner est fait à l’intérieur car ces presses étoupes sont prévus pour être montés sur des panneaux en tôle, bien plus fins que le contreplaqué.

Presse étoupe côté sortie

Presse étoupe côté sortie

Une prise Legrand Plexo pour l’extérieure est installée, ce modèle un peu plus étanche, limite l’arrivée des poussières à l’intérieur du boîtier. J’ai préféré mettre une prise car l’étanchiété du caisson est meilleure qu’avec une trappe pour le passage du cable.

Prise intérieure du caisson

Prise intérieure du caisson

La défonceuse est donc facilement raccordée sur l’alimentation électrique. Le serre câble livrée avec défonceuse est tout particulièrement utile dans cette configuration.

Défonceuse raccordée

Défonceuse raccordée

La commande électrique peut donc être installée à sa place sous la table. Le cordon de raccordement au caisson est coupé à la bonne longueur. Un test de mise en route de la défonceuse est fait et les deux modes d’arrêt, d’urgence et normal, sont validés.

Boîtier de commande installé

Boîtier de commande installé

Une plaque de polycarbonate de 5 mm est utilisée sur la porte, pour la curiosité et voir si des éléments s’accumulent. Une feuillure de 7 millimètres de profondeur sur 12 millimètres de largeur a été usinée dans la porte. La plaque est ensuite coupée à la bonne dimension à la scie circulaire et les coins arrondis à la lime. Les emplacements des vis sont perçés au préalable avec une mèche à fer.

Installation de la plaque de polycarbonate

Installation de la plaque de polycarbonate

Le film de protection est laissé sur la plaque le temps d’installer la porte. Un rangement est prévu dans le caisson, il faut donc préparer les cloissns. Celles-ci sont réalisées dans des chutes de contreplaqué de 15 millimètres et fixées avec des vis obliques.

Perçage des trous obliques avec le guide

Perçage des trous obliques avec le guide

Le rangement n’est pas très spacieux, mais ce qui est rangé là est à portée de main.Peut-être qu’avec deux tiroirs ce serait plus fonctionnel.

Rangement du caisson

Rangement du caisson

Ce rangement permet aussi un déport du caisson vers la droite alignant la prise avec le côté de la table. Ainsi la longueur du tuyau de 1 mètre est parfaite. Dans le cas contraire, cela aurait été trop juste. L’espace est donc laissé pour que les copeaux aillent jusqu’à la bouche d’aspiration.

Chemin d'évacuation des poussières

Chemin d’évacuation des poussières

L’admission d’air se fait à l’opposée de l’aspiration pour augmenter son efficacité en élargissant le blayage.

Raccord d'aspiration et dérivation

Raccord d’aspiration et dérivation

L’apiration passe par une dérivation qui réparti celle-ci entre l’aspiration du guide et du caisson. Le tuyau de 63 mm est installée avec des colliers utilisés dans les installations de VMC. LE tuyau transparent de 1 mètre provient lui aussi de chez Axminster (référence 505002).

Raccord d'aspiration et dérivation - tuyau installé

Raccord d’aspiration et dérivation – tuyau installé

L’aspirateur à copeau est raccordé à la dérivation avec une pince rapide qui permet de passer rapidement l’aspiration d’un équipement à l’autre.

Aspiration et dérivation vers le guide

Aspiration et dérivation vers le guide

Tout est maintenant raccordé.

Vue sur le caisson

Vue sur le caisson

Le caisson est installé à sa place, les dimensions sont correcte. Le raccordement électrique est fait et un premier test d’usinage est possible. A noter que la lumière sur cette photo est seulement temporaire, je ne suis pas allé jusqu’à mettre une lumière définitive à l’intérieur.

Table de défonceuse – 07 – Commande électrique

Boîtier de commande électrique

Pour la commande de la défonceuse, qui ne sera pas aussi facilement accessible, et pour la sécurité, une commande électrique est mise en place.

Composants électriques récupérés

Composants électriques récupérés

La commande principale est un relai à absence de tension récupéré de l’aspirateur Lurem car a été remplacé par un bloc Télémécanique et une commande radio.

C’est un modèle très classique qui permet de :

  • commander la mise en route et d’arrêt du moteur,
  • assurer la sécurité en ne permettant pas un redémarrage du moteur après une coupure de courant, donc pas de démarrage intempestif,
  • couper l’alimentation si le contact thermique du moteur indique un défaut.

Dans le cadre de ce projet, l’entrée pour la sécurité thermique du moteur sera remplacée par un bouton d’arrêt d’urgence coup de point. En effet, le module n’en dispose pas et il me parait prudent de le prévoir pour cette machine. De plus, le contact du relais thermique de la défonceuse n’est pas accessible, elle gère elle-même cette sécurité.

Plan équivalent contact

Plan équivalent contact d’origine

Une prise électrique est raccordée et permet le branchement et le débranchement de la défonceuse sans avoir à la modifier.

Commande avec cotation

Commande avec cotation

Un support est réalisé avec les chutes du panneau. La plaque verticale est fixée à la plaque principale par des vis en biais, mais un vissage par dessous aurait tout aussi bien fait l’affaire.

Support en bois assemblé avec vis oblique

Support en bois assemblé avec vis oblique

Pour limiter l’arrivée de la poussière dans les parties sensibles, les entrées de câble sont protégées avec des presses étoupes et c’est une prise d’extérieur  qui permettra le raccordement de la machine. Ce modèle de prise est résistant et étanche. Elle sera disposée à l’arrière de la commande.

Ensemble de commande - vue arrière

Ensemble de commande – vue arrière

Vue de dessous, on peut voir le raccordement qui est dans le même axe que celui de la scie circulaire. L’alimentation se fait grace à une rallonge électrique.

Ensemble de commande - vue dessous

Ensemble de commande – vue dessous

L’utilisation du bouton d’arrêt d’urgence a aussi été motivée par le besoin d’avoir un moyen de coupure mécanique qui soit plus sécurisant lors d’une intervention sur la machine. Bien entendu, pour les changements d’outils de coupe, il convient de débrancher complètement l’ensemble, c’est la seule garantie sérieuse pour éviter les démarrages non souhaité.

Ensemble de commande - vue d'ensemble

Ensemble de commande – vue d’ensemble

La commande est testée à vide, pour voir si le relais fait bien son travail, et après un contrôle au voltmètre, un test avec la défonceuse est fait. La commande fonctionne très bien et l’arrêt d’urgence assure la coupure de l’arrivée électrique.

Boîtier de commande électrique

Boîtier de commande électrique

Table de défonceuse – 06 – Installation de l’ascenseur

La table est maintenant prête à recevoir l’ascenseur et le gabarit aux dimensions parfaites pour faire un travail de précision.

Usinage de la table

Usinage accueil plaque

Usinage accueil plaque

Avant l’usinage exact à la forme du gabarit, la table est évidée tout en veillant à laisser un épaulement suffisant pour accueillir la table de l’ascenseur. J’utilise une bague de 30 mm et une fraise droite de 4 mm, ce qui permet un écartement par rapport au gabarit de de 13 mm selon la formule Diamètre de Bague – Diamètre de Fraise divisé par 2 pour avoir l’écart (30-4)/2=26.

Installation bague de copiage avec cône de centrage

Installation bague de copiage avec cône de centrage

A nouveau, la défonceuse est configurée pour le copiage. Sur ma défonceuse, les bagues doivent être centrées par rapport à l’arbre en utilisant un accessoire.

Cône de centrage

Cône de centrage

Ceci se fait avec un cône de centrage. Il existe des machines sur lesquelles cette installation se fait sans cette étape, c’est le cas par exemple du modèle supérieure à ma défonceuse. Pour une utilisation occasionnelle, ce dispositif est suffisant et offre l’avantage d’une précision absolue car le cône s’installe dans la pince.

Bague de copiage de 30 et fraise de 4

Bague de copiage de 30 et fraise de 4

La mèche de 4 mm est installée, l’usinage de l’évidement peut se faire. Plusieurs passes successives sont faites car la fraise est petite et le bois dur. Dans tous les cas cela est important pour garantir un travail propre et moins dangereux.

Première découpe du panneau

Première découpe du panneau

Le résultat est conforme à mes attentes, la dernière étape peut être engagée. Elle va se faire avec une fraise à roulement haut. L’usinage ne fait pas dans toute l’épaisseur de la table, il faut donc une fraise relativement courte. Ce sera donc une fraise avec une coupe de 19 mm de haut.

CMT 901.160.11B Fraise droite à roulement haut D16x19x8

CMT 901.160.11B Fraise droite à roulement haut D16x19x8

La profondeur d’usinage sera de l’épaisseur de la plaque additionnée d’un millimètre. C’est ce que suggère le fabricant qui donne les indications pour réaliser l’usinage adapté. Même s’il vend des tables, il livre aussi les indications pour réaliser son montage, c’est appréciable.

La plaque comprend pas moins de 10 vis en périphérie pour régler très précisément son affleurement avec le dessus de la table.

Epaulement usiné

Epaulement usiné

L’usinage est fait et le résultat très précis. Le travail avec un gabarit est vraiment sécurisant et offre un haut niveau de finition. Le temps passé à le concevoir est largement récompensé.

Plaque installée

Plaque installée

La plaque s’insère exactement comme cela a été testé dans le gabarit. Elle est un millimètre en dessous du niveau de la table, ce qui est parfait. Tout le kit peut donc être remonté, le test approche.

Ascenseur en place - vue de dessous

Ascenseur en place – vue de dessous

L’ascenseur est remonté complétement et la défonceuse fixée dans son berceau. La plaque est mise en place.

Fraise à bouveter sur table

Fraise à bouveter sur table

Une grosse fraise à bouveter est monté sur la défonceuse pour quelques tests qui seront très positifs.

Table de défonceuse – 05 – Réalisation du gabarit

Afin d’avoir une inclusion parfaite de l’ascenseur dans la table, un gabarit est réalisé.

Fabrication d’un gabarit

Pour installer la plaque avec son ascenseur, il faut tout d’abord faire un gabarit. La mise en place doit se faire avec le moins de jeux possible. Cet objectif est atteint plus facilement avec la préparation sur un gabarit que sur un usinage en direct. L’idée est donc de partir de la plaque et d’en faire un gabarit parfaitement ajusté dans une plaque de MDF.

Fraise de 6 mm avec guide de copiage de 13,8 mm

Fraise de 6 mm avec guide de copiage de 13,8 mm

Le moyen le plus simple tout en conservant une très bonne précision est d’utiliser la défonceuse avec une bague de copiage.

Principe de la fraise à copier

Principe de la bague de copiage

Cette bague, installée sur la défonceuse, permet de garantir un écart permanent entre la fraise et le bord du guide, quelque soit l’orientation de la défonceuse. Par contre il faut faire quelques calculs pour identifier la combinaison gagnante.

Gabarit d'une forme au guide de copiage

Gabarit d’une forme au guide de copiage

Dans ce montage, j’ai utilisé un gabarit intermédiaire, il n’est pas possible de copier directement. Dans l’illustration ci-dessus, l’ensemble bague et défonceuse est représenté tête à l’envers. Au niveau du calcul, on retient que (1 en vert et 2 en rouge sur l’illustration):

  • Rayon Bague 1 + Rayon Fraise 1 = Rayon Bague 2 – Rayon Fraise 2
  • Donc en multipliant tout par 2 pour parler en diamètre  : Diamètre Bague 1 + Diamètre  Fraise 1 = Diamètre Bague 2Diamètre Fraise 2
  • Finalement : Diamètre Bague 2 = Diamètre Bague  1 + Diamètre Fraise  1  + Diamètre Fraise 2
  • En prenant la même fraise dans les deux cas : Diamètre Bague 2 = Diamètre Bague  1 + 2 x Diamètre Fraise  1

En pratique, je dispose de fraises droites de 4, 6, 8 et 10 mm, et de bagues de 10,8, 13,8, 24 et 30 mm. Du fait des deux premières bagues un peu particulière, la seule combinaison approchante est :

  • Fraise droite de 8 mm
  • Bague 1 de 13,8 mm
  • Bague 2 de 30 mm (13,8 + 2 x 8 = 29,8, les deux dixièmes restant seront rattrapé par la suite)

Conformément au schéma, la première étape consiste à détourer le gabarit intermédiaire. Il sera usiné dans une chute de contreplaqué de 8 millimètres d’épaisseur.

Plaque prête à recopier pour le gabarit intermédiaire

Plaque prête à recopier pour le gabarit intermédiaire

Pour pouvoir pratiquer cette opération, les coulisses et la vis de l’ascenseur ont été démontées. Il s’agit de la même opération que pour installer le kit en métrique, donc tout est bien expliqué.

Immobilisation de la plaque le gabarit intermédiaire

Immobilisation de la plaque le gabarit intermédiaire

La plaque est immobilisée sur le contreplaqué avec des vis et des rondelles. A noter que par rapport à la photo au dessus, la plaque a été retournée en raison de l’insert qui permet de solidariser la plaque sur la table. En effet cet insert aurait provoqué un détournement de la bague de copiage et conduit à usinage de la plaque. Le pire a été évitée.

Gabarit intermédiaire

Gabarit intermédiaire

Le gabarit intermédiaire est maintenant usiné, il va permettre de réaliser le gabarit définitif.

Gabarit intermédiaire installé sur la plaque du gabarit définitif

Gabarit intermédiaire installé sur la plaque du gabarit définitif

Le gabarit intermédiaire découpé, il est vissé sur une plaque de MDF de 15 millimètres. Le contreplaqué étant déformé, il est fixé avec plusieurs vis installé dans des trous faits préalablement et fraisés.

Gabartit défnitif

Gabarit définitif

Le gabarit est limé pour s’assurer que la plaque s’y insère avec le jeu attendu. Il a fallu déplacé d’un millimètre vers le bas et vers la droite le gabarit intermédiaire, les deux dixièmes manquant de la bague de copiage sont bien là. Cela démontre que le travail à la bague de copiage est capable d’une très grande précision. Le gabarit sera conservé précieusement car je suis certain que l’ascenseur sera bien plus durable que la table où il est installé. J’aurai donc certainement à refaire l’usinage dans quelques temps.